Biographie

2016 szeptember 29Hozzászólások (0)

György Verebes (1965, Senta, Yougoslavie)

 

 György Verebes est né en 1965, à Senta en Voïvodine. Il a fait ses études secondaires à l'école polytechnique à Senta. Après le bac,  il s’est inscrit à l'Académie hongroise des beaux-arts.  Diplômé en 1989 comme graphique, il a achevé un troisième cycle  en 1992. Ses maîtres étaient Károly Raszler et  Imre Kocsis. Il s’est engagé à la peinture en 1988. Il crée  des illustrations de livres, des décors de théâtres, des plans d’aménagement intérieur. Depuis 1990, il joue dans plusieurs groupes de jazz et de musique du monde  en tant que membre fondateur, pianiste, compositeur. Il  écrit aussi de la musique pour le théâtre. Entre 1997-2003, il  était le directeur artistique d’une entreprise de publicité. Il dirigeait aussi la Galérie Lurdy entre 1998 et2002.Depuis 2002, il vit dans la colonie des artistes de Szolnok. En 2003, il est devenu le directeur artistique de la colonie. Il était professeur du lycée de l’art plastique à Budapest entre 2007 et 2011. Hors de son travail de peintre, il publie régulièrement des écrits.

Tovább


István Antall: Le radicalisme de raconter de nouveau

2016 szeptember 28Hozzászólások (0)

Le secret de changement d’escalades spirituelles de la peinture de György Verebes
2009e 3 au 12 janvier. Budapest-Szolnok

Si la peinture n'est qu’une aventure spirituelle, nous n’avons besoin ni de toile, ni de pinceau, ni surtout d’huile fine de lin à l’odeur spéciale.  Nous regretterions cette odeur qui s’estompe par le temps, l'assèchement, la fixation et l' évaporation, mais il ne faut plus regretter nos mains, ni le torchon dans lequel nous essuyions le pinceau. Tout est propre! Rien n’est sali, le spectateur peut imaginer le tableaux comme le peintre György Verebes le décrit. En revanche, les travaux parallèles se retrouvent dans un seul livre. La personne qui tourne les pages n’est pas forcément un lecteur, tandis que la personne qui regarde n’est pas forcément la personne qui voit. Il y aurait deux expériences parallèles, et nous restons quand-mêmes dans la salle de l’exposition: allons de mur à mur, de toile à toile.

Tovább


György Verebes: Clartés

2016 szeptember 27Hozzászólások (0)

Le premier visage est remonté à  la surface de la toile comme s’il avait émergé d’un nuage. Je n’avais aucune pré-conception  ou d’intention, mais tout d’un coup, je me suis rendu compte qu’il était là. D’abord il était à peine reconnaissable, mais plus tard, comme mes yeux se sont habitués au spectacle, il devenait de plus en plus voyant pour être presque radieux à la fin. Je ne pouvais pas m’empêcher de l’accepter. 

Tovább


Ernő Verebes: Les Titans dormants

2016 szeptember 26Hozzászólások (0)

Une méditation à propos de l’exposition de György Verebes

J'écouterai ce que dit en moi Dieu, l'Éternel (Ps.85: 9)

Pendant ces derniers vingt ans, j’étais hanté par les mêmes esprits – quoique par des esprits d’ endroits différents – que György Verebes. Donc je connais assez bien l’histoire du genèse des tableaux de cette exposition.  Je n’ignore pas les motifs et les forces qui ont dirigé les gestes du peintre, quand il a pris les couleurs, les ombres, les contours de formes sur la toile, alors – en  général – les empreintes visuelles des contenus sémantiques alors présupposés mais plus tard bien connus par moi.

Tovább


Ottó Tolnai: György Verebes

2016 szeptember 25Hozzászólások (0)

Présenté à la Galérie  Aba-Novák de Szolnok, le 19. janvier 2007. 

Chez nous, au nord de Bácska (en Voïvodine en Serbie), le nom Verebes passe presque pour mythique, indiquant une famille de musiciens bien nombreuse. (En fait, mon enseignant de violon s’appelait aussi Verebes–  et il faut y avoir une bonne relation entre le petit enfant et son prof de violon, puisque le maître doit aller tout près de son disciple pour pouvoir bien placer le corps, l’instrument, les doigts …  On peut dire qu’il doit étreindre le petit pour bien enseigner à jouer du violon.) György vient d’une autre branche de la famille: ses parents sont médecins. Du cȏté maternel, il vient de la famille Vígh qui est une autre famille légendaire de médecins dans la ville de Senta. Nous ne devons alors y ajouter que quelques détails pour éclairer la situation et le genèse de son oeuvre.

Tovább


Pál Léphaft: La Courbe du cou nu de Nyx

2016 szeptember 24Hozzászólások (0)

L’exposition de György Verebes à Senta

 

 

 Si  la lumière se fatigue sur l’horizon de nos yeux et de notre front, si l'espace devient impénétrable, lorsque  chaque totalité autour de nous se brise en morceaux, soulevons les mains jusqu’à notre visage pour renforcer en nous la lumière et pour dévoiler un grand nombre d’images obscurcies. Allons contempler Mudra, les Titans dormants ou  la courbe du cou mince de Nyx. Nos lumières internes s’allument où la fierté de Moi s’éteint et où l’espace externe éblouissante s’éteint aussi. Les mains sont  nos plus fidèles compagnons. Si vous vous sentez fatigué,  le septième jour, elles vous soulèvent.  Si mêmes vos mains s’alourdissent, et les pieds, et la tête aussi, n’allons plus loin. Laissons dormir les Titans,  la création et l'essence de la peinture, bref les toiles énormes de l’exposition de György Verebes à Senta. Il vaut mieux de sauver dans le sac tout ce que nous avons déjà écrit et photographié, chercher une chaise et s’y asseoir au fond de la salle, en face d’un tableau moins grand. Nyx. La courbe rose de son cou nu nous raconte tout ce qui est l'essentiel même de la création et de la créativité.

Paru au Magyar Szó (Parole hongrois) le 27 octobre 2008